Aides Covid-19 : un nouveau guide pratique consultable en ligne

Indemnité d'activité partielle, fonds de solidarité, prêts participatifs ou garantis par l'État... La crise sanitaire a conduit les pouvoirs publics à créer un grand nombre de dispositifs destinés à préserver les entreprises et tous les acteurs de la vie économique. Un nouveau guide pratique publié par le cabinet Audit-Action apporte un peu de lisibilité à l'ensemble.

Guide aides Covid-19

Un guide pratique Covid-19 destiné avant tout aux entreprises

Les Echos Entrepreneurs vient de publier un guide pratique Covid-19 régulièrement mis à jour. Il est consultable librement en ligne en cliquant sur ce lien.

Le document est conçu pour s’adresser en priorité aux chefs d’entreprises et directeurs des ressources humaines en quête d’un corpus de référence dans le cadre de la crise sanitaire actuelle. Il inclut des liens vers l’ensemble des ressources publiques en ligne les plus utiles.

Qu’il s’agisse de venir en aide aux entreprises elles-mêmes ou à leurs salariés, les dispositifs mis en place depuis début 2020 se caractérisent à la fois par leur profusion et leur caractère très changeant, au gré des modifications apportées à l’état d’urgence sanitaire et aux mesures de restriction. Le guide a donc pour objet de centraliser et synthétiser l’ensemble de l’information légale et réglementaire disponible.

Que contient le guide pratique Covid-19 ?

Le guide pratique Covid-19 aborde notamment en détail les questions liées :

  • à l’hygiène et à la sécurité sanitaire des conditions de travail, avec un résumé du protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés (gestes barrières, mesures spécifiques par corps de métier ou secteur d’activité…) ;
  • aux mesures d’activité partielle – profondément modifiées depuis le début de la pandémie – et au nouveau dispositif d’activité partielle de longue durée (APLD) ;
  • aux différentes aides proposées aux entreprises, dont notamment le fonds de solidarité mais aussi plus récemment l’aide « coûts fixes » ;
  • aux différents emprunts dont peuvent bénéficier les entreprises en manque de trésorerie, soit notamment les prêts garantis par l’État (PGE) et les prêts participatifs pour les entreprises de moins de 50 salariés ;
  • aux mesures de report ou échelonnement des paiements en matière d’impôts et cotisations sociales.